Picture1

Les mauvaises nouvelles climatiques ne cessent de tomber : 2018 a été la quatrième année la plus chaude de l’histoire mais rien ne semble changer. Il nous reste à peine douze ans pour agir et éviter des changements climatiques irréversibles. Le temps n'est plus au débat mais à l'action. Face à ces dérèglements climatiques, les recours en justice et les manifestations se multiplient dans le monde entier contre l'insuffisance des mesures prises par nos dirigeants.

Et pourtant les seuls aujourd’hui à vraiment s’impliquer et se mobiliser contre cette fatalité sont les jeunes : la génération climat. Le vieux dicton « L’avenir appartient aux jeunes » n’a jamais été autant d’actualité ! Cette nouvelle génération, souvent trop jeune pour voter, se sent impuissante. C’est elle qui sera la plus affectée par les futurs changements climatiques ; elle réclame donc dès à présent des politiques d’ampleur et concrètes en faveur de l’environnement.
Depuis quelques mois, lycéens et étudiants emboîtent un peu partout dans le monde le pas à la suédoise Greta Thunberg et sa grève scolaire lancée pour le climat. Cette adolescente est devenue une véritable icône planétaire de la mobilisation des jeunes pour la lutte contre le dérèglement climatique après son intervention à la COP24. Elle avait terminé son puissant discours par ces paroles : «Nous sommes venus ici pour vous informer que le changement s'annonce, que cela vous plaise ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple». Des propos qui ont su résonner dans le cœur et la conscience de nombreux jeunes de la planète.

Le mouvement de grève a ainsi conquis en seulement quelques semaines les cinq continents. Depuis, des dizaines de milliers d’adolescents descendent chaque semaine dans les rues et marchent pacifiquement pour le climat. Dans chaque pays, les jeunes veulent alerter leurs dirigeants sur l’urgence climatique. Les jeunes grévistes ont conscience de s’attaquer à un problème international, qui ne pourra être résolu qu’à l’échelle mondiale.
"C'est une réapropriation démocratique : la génération climat veut prendre son destin en main, il est fini le temps des grands discours creux ! Nous voulons pouvoir choisir notre avenir. En matière de climat, plus rien ne sera comme avant", explique Marie Toussaint, présidente de l'association Notre affaire à tous.

En Belgique le mouvement a pris une ampleur considérable. Anuna De Wever et Kyra Gantois qui en sont les deux héroïnes. Grâce à elles, depuis plusieurs semaines, les collégiens et lycéens belges font la « grève de l’école » en manifestant tous les jeudis pour faire pression sur leurs dirigeants et les pousser à passer à l’action contre le changement climatique. La question environnementale est le premier sujet de préoccupation des Belges de 18-25 ans. «Sign For My Future», une pétition citoyenne belge qui exige une politique climatique forte, a déjà recueilli plus de 165.000 signatures.

Ce vendredi 15 mars 2019 était une journée placée sous le signe du climat partout dans le monde : un appel à la grève mondiale pour le climat a en effet été lancée par la jeunesse lycéenne, collégienne et étudiante. Des rassemblements se sont tenus dans de nombreuses villes à travers le monde, dont en Belgique avec plus de 30.000 manifestants à Bruxelles.

Voici un slogan qui résume bien la motivation de la génération climat et l’urgence d’agir : « Qu'est-ce qu'on veut ? Une Justice pour le Climat ! Quand est-ce qu'on la veut ? Maintenant ! ».
Comment ne pas les soutenir, admirer leur courage, leur énergie, leur ténacité et leur engagement, et se réjouir de la force de ce mouvement écologique solidaire et des changements positifs qu’il engendrera ?
Grâce à la génération climat et aux combats qu’elle mène, il n’est peut-être pas trop tard.

WeSmart s’engage aux côtés de ces acteurs du changement en continuant à développer des solutions innovantes pour permettre à ses clients de gérer plus efficacement leurs ressources énergétiques et diminuer l’empreinte carbone.